Le collectif mène des actions de solidarité et de coopération avec l'association des Droits Humains d'Al Qarara, dans la bande de Gaza. Avec pour ocbjectif d'informer sur la situation et la culture palestinienne afin de contribuer à une paix juste et durable entre la Palestine et Israel.




Collectif Solidarité Palestine
Mairie de St Pierre d'Aurillac
124, av. de la Liberation
33490 St Pierre d'Aurillac

N° CCP : 1222435 S 022

Collectif   Solidarité

Al Qarara

Collectif Solidarité Palestine   Mairie de St Pierre d'Aurillac   124, av. de la Liberation  33490 St Pierre d'Aurillac

collectifalqarara@gmail.com

N° CCP : 1222435 S 022

La plaquette du collectif, 4 pages pour cerner les problemes


Chronologie de la Palestine depuis la création d'Israël de 1947 à 2014

Chronologie de la Palestine depuis la création d'Israël
de 1947 à 2014



1947 – 1948 : partage de la Palestine et indépendance d'Israël
Vote du plan de partage de la Palestine le 29 novembre 1947 par l'ONU qui mit fin au mandat britannique. Indépendance d'Israël proclamée le 14 mai 1948.

1948 – 1949 : le début d'une longue guerre de territoire.
Guerre dite d'indépendance, cette première guerre causa la mort de 6 000 israéliens, dont 6 000 civils. 20 000 palestiniens y seront tués et un million poussé à l'exode.

1967 : première victoire militaire d'Israël. Guerre des Six-Jours.
Cette guerre provoquera de nouveau la fuite d'environ 500 000 Palestiniens. Israël la déclencha en la présentant comme une «  attaque préventive «  contre ses voisins arabes, à la suite du blocus du détroit de Tiran imposé aux bateaux israéliens par l’Égypte le 23 mai. En six jours, Israël mit en déroute les armées égyptienne, syrienne et jordanienne, et en profita pour tripler sa superficie : l’Égypte perdit la bande de Gaza et la péninsule du Sinaï, la Syrie le plateau du Golan, et la Jordanie, Jérusalem-Est et la Cisjordanie.

1973 : nouvelle défaite de l’Égypte face à Israël.
Les armées égyptienne et syrienne attaquent Israël, le 6 octobre, en pleine fête juive du Yom Kippour. Les deux pays veulent reconquérir les territoires occupés depuis la guerre des Six-Jours. Le 24 octobre, un cessez-le-feu consacre la victoire de l'armée israélienne. L'OLP est reconnue comme seule représentante du peuple palestinien lors du sommet arabe d'Alger qui se tient du 26 au 28 novembre.

1982 : massacre de Sabra et Chatilla.
Depuis le Liban Sud, des obus touchent Israël en Galilée. Le 6 juin, Israël déclenche l'opération « Paix en Galilée » et envahit le Liban jusqu'à Beyrouth pour repousser les forces de l'OLP basées à plus de 40 kilomètres de la frontière israélienne. Deux camps de réfugies palestiniens sont le théâtre de d'un massacre perpétré du 16 au 18 septembre par des phalangistes libanais sous les ordres de l'armée israélienne, afin d'en extraire des combattants palestiniens présumés présents. Il fit selon les rapports entre 700 et 2 000 morts parmi les civils palestiniens.

1985 : raid de l'aviation israélienne sur le quartier général de l'OLP à Tunis.

1987 : première Intifada.
Les Palestiniens mènent une guerre des pierres, en réponse à l'occupation israélienne en Cisjordanie et dans la bande de Gaza.

1993 : Deux ans après la conférence de Madrid, soutenue conjointement par l'Union Soviétique et les États Unis, les accord d'Oslo mettent fin à cette première Intifada. Yithak Rabin et Yasser Arafat paraphent l'accord le 13 septembre 1993... à Washington. Ils prévoient la création d'une autorité palestinienne et une reconnaissance mutuelle de l'OLP et d'Israël.

1995 :   Yithak Rabin est assassiné le 4 novembre, en plein meeting à Tel-Aviv, par un extrémiste juif.

1998 : les accords de Wye Plantation ont été signés, le 23 octobre 1998, entre Israël et l'Autorité palestinienne et négocié à la suite de l'accord intérimaire sur la Cisjordanie et la bande de Gaza (ou Oslo II )du 28 septembre 1995. Ces nouveaux accords approuvaient l'évacuation de 13 % des territoires occupés en Cisjordanie.

2000 : seconde Intifada.
Après l’échec du sommet de camp David, en juillet 2000, les palestiniens se révoltent à nouveau en septembre. Ehoud Barak avalise deux mois plus tard la construction d'une «barrière destinée à empêcher le passage de véhicules motorisés» depuis le nord-est de la Cisjordanie jusqu'à la région de Latroun. La même année le Hamas crée des organisations d'aide sociale et gagne en popularité.

2002 : construction d'un mur.
Le 14 août le gouvernement approuve la construction d'un mur de séparation avec les territoires palestiniens.

2004 : Yasser Arafat meurt le 11 novembre, à Clamart (France) où le leader est hospitalisé.

2007 : blocus de la bande de Gaza.
Après la victoire électorale du Hamas dans la bande de Gaza, Israël décide la mise en place d'un blocus dans la zone, fin juin 2007.

2008 – 2009 : opération « Plomb Durci ».
Le 3 janvier, les israéliens envoient des troupes dans la bande de Gaza. Près de 1 300 habitants sont tués ; 13 du coté israélien, selon les sources israéliennes. Le 18 janvier Israël proclame le cessez-le-feu. Le Hamas donne sept jours à l'armée israélienne pour quitter Gaza. Le 21 janvier c'est chose faite.

2012 : opération « Pilier de défense » et reconnaissance de l'ONU du statut d’État observateur pour la Palestine.

Le 14 novembre 2012 un raid israélien tue le chef militaire du Hamas, Ahmed Jabari, en réponse aux tirs de roquettes sur le territoire israélien. Deux semaines plus tard, les Nations unies accordent à la Palestine le statut d’État observateur.

2014 : pendant cinquante jours, l’armée israélienne bombarde presque sans relâche la bande de Gaza ; au total quelques 2 140 Palestiniens y perdront la vie et 70 Israéliens, dont 64 soldats. Un accord de cessez-le-feu est trouvé au Caire, le 26 août, aboutissant notamment à un allégement du blocus imposé par Israël en 2007, et la réouverture de la frontière avec l’Égypte à Rafah, à un élargissement des zones de pêche et d'agriculture.


L'Humanité -Numero spécial Solidarité Gaza

Origine du projet

Une mission organisée en 1998 à Gaza par l’AJPF (Association de Jumelage des camps Palestiniens et de villes Françaises) a été l’occasion d’une première rencontre de deux militants sur les chemins de la paix, Ibrahim Kashan, responsable de l’UNRWA (United Nations Relief and Work Agency) élu d’Al Qarara, poète et berger d’origine bédouine et Michel Hilaire, instituteur, maire de St Pierre d’Aurillac, raconteur de Garonne, et tous les amis de la paix ici et là-bas.

De là sont nées des associations jumelées : Human Developmental Association (HAD) à Al Qarara (Palestine, Gaza) et le collectif Solidarité Al Qarara à St Pierre d’Aurillac (France, 33)

HDA a pour objectif d’aider à promouvoir une société civile où règnent les valeurs de la démocratie, la liberté et la justice sociale. Elle aspire à renforcer l’engagement des femmes et des jeunes dans la communauté et attache une grande importance aux enfants, leurs talents et leurs besoins. Ses objectifs sont : Le développement culturel et social de la communauté rurale ; Le développement des compétences des femmes rurales et la mise en valeur de leur rôle dans la société ; Développer les compétences des jeunes afin de promouvoir leur participation à la société civile ; Développer les connaissances des enfants ainsi que leurs compétences culturelles et sociales ; Disséminer et consolider le concept de travail bénévole dans la communauté rurale ; Promouvoir la coopération et l'interaction entre les institutions de la société civile,

Le Collectif Solidarité Al Qarara est une association destinée à favoriser et mettre en œuvre des actions de solidarité avec la Palestine, à informer sur la situation et la culture palestinienne, à participer à des projets avec le HDA. Parmi les projets menés depuis 20 ans : soutien à l'achat et l'entretien d'un tracteur pour que les familles aillent plus rapidement et en sécurité sur leurs terres soumises à des tirs israéliens, financement d'une vache pour assurer le minimum alimentaire à plusieurs familles, achat de matériel et embauche de médecins par l'HDA, participation à la création d'un centre de jeux pour les enfants afin de lutter contre les traumatismes de guerre, formation des bénévoles.